Le jeu dur dont parlent avec poésie nos anciens consistait à blesser volontairement (et discrètement) un joueur adverse pour permettre à l'équipe de pouvoir jouer à 15 contre 14. Il faut savoir qu'à cette époque que les remplacements n'étaient pas autorisés.

Depuis les choses ont évoluées puisque les remplacements ont été autorisés sur blessures puis maintenant pour raisons tactiques dans le rugby moderne.

Retrouvez une interview suite à un « jeu dur » sur Alain Estève lors du match France Afrique du Sud de 1974. Il faut dire que les Français étaient à table comme sur le pré des spécialistes de la fourchette et de la salade de phalanges.